• Accueil

    Bouillie de paroles, d'images ou de je ne sais quoi. 

  •  

    Cette année scolaire de 2014-2015 fut une année très éprouvante pour mon inspiration. Ça n'a pas toujours été aisé de m'avouer que si auparavant je n'avais jamais manqué d'émotions - mon inspiration découle de mes émotions -, j'étais désormais proie à un certain vide intérieur, qui se caractérisait notamment par mon manque d'intention à l'égard de mes passions. 
    Tout en sachant que mes passions étaient ce que j'avais de plus précieux, ce ne fut pas la joie. Les articles se sont de plus en plus clairsemés, que cela soit des textes, des dessins, des partages ou des études.

     

    Je n'oublie pas !

    (Artiste : Daniel ; Personnage : OC)


    Mon inspiration  - à défaut de mes idées - ne se manifestait plus qu'occasionnellement. Et j'appelle "inspiration" ce petit éclair d'envie qui nous fait dévorer la feuille vierge des yeux et la remplir aussitôt. En effet, les idées avaient beau affluer, le besoin de les concrétiser, lui, se faisait moins présent.
    Aussi fus-je considérablement freinée par l'harcèlement obstination des professeurs à ce que je n'écrive plus autre chose que leurs babillages inintéressants et brouillons. Bien entendu, dessiner était davantage inconvenant, et j'en fis les frais de manière conséquente, c'est-à-dire dans les environs de huit ou neuf heures de colle uniquement pour ce problème-là. C'est qu'il paraissait inconcevable pour nos amis de l'éducation nationale qu'un élève parvienne à mieux se concentrer de la sorte... (Je précise que je parle de mes professeurs, qui étaient incontestablement mauvais, et non de l'ensemble d'entre eux !)

    Quoi qu'il en soit, malgré ce découragement, j'essayais et essaye toujours d'écrire régulièrement des bribes ou des textes très égocentriques et insignifiants, donc qui ne valent clairement pas la peine d'être postés. Toujours est-il que l'envie se faisait de moins en moins présente. Ce qui peut donc expliquer le vide omniprésent dans ce blog... 

    Plutôt que délaissement, je dirais que je n'étais pas apte à m'occuper de ce blog durant cette année scolaire. Favorisant plutôt la qualité à la quantité, j'ai préféré ne rien faire que de me forcer à combler ce blog qui, finalement, aurait fini par perdre toute son essence.
    Et puis, je n'oublie pas Thérapie du Bonheur, mon gros bébé de deux ans et six jours ! Je n'oublie pas non plus le dessin, l'écriture, la musique, la littérature (philosophie, classiques, romans, théâtre ou documentaire), mon engouement pour la culture japonaise, le cosplay, la mode, le sport, et j'en passe... 

     

    Je n'oublie pas !

    (Artiste : Hikariix ; Personnage : Oreki Houtarou ; Anime/ Light Novel : Hyouka) 


    Ô grand jamais je n'oublierai quelque chose de si important à mes yeux, bien au contraire, je me rappelle constamment ! C'est pourquoi, plutôt que de sombrer dans le fatalisme, j'opte pour la positivité. Cet article, bien qu'extrêmement centré sur moi-même - ce qui est inhabituel et exceptionnel, si je ne m'abuse -, est bien la preuve que je désire aller de l'avant. 

    J'espère pouvoir m'occuper de ce blog et de mes loisirs de manière plus assidue l'année prochaine ! 


    8 commentaires
  • Il y a un mois de cela, Charlie était partout. Charlie était à la télévision, sur tous les réseaux sociaux et sites divers, sur les jeux-vidéos, dans toutes les entreprises, bureaux, institutions, dans toutes les rues... Surtout en France, mais partout dans le monde. 
    Vraiment, il n'y a qu'un moine ermite pour ne pas avoir entendu parler de Charlie. (En parlant d'ermitage, coucou petit blog que je n'avais pas entretenu depuis 3 mois.)

    Je choisis d'en parler un mois plus tard pour m'éviter l'agacement et la migraine que cette histoire a fini par me provoquer à force de la voir de partout...

    Charlie fut le plus gros rassemblement de France depuis la Libération. 1,5 millions de parisiens sont descendus dans les rues de Paris : le même chiffre est recensé en 1944, mais il pourrait bien lui être supérieur... 

    Dans tout ça, où me situé-je ?

    Charlie Charlie Charlie Charlie Charlie Charlie Charlie Charlie Charlie Charlie Charlie Charlie Charlie Charlie Charlie Charlie

     Plus ou moins de cette manière...
    Dépassée, étouffée, bâillonnée. 

    A savoir que j'ai une tendance NATURELLE à ne pas aimer tout ce qui est buzz médiatique (Qui peut nier que certains en ont profité, dont notre bien-aimée Marine ?) ou effet "suiveur".
    Ce n'est aucunement pour me démarquer d'un ensemble dans le seul but de me sentir différente !


     

    Beaucoup ont dit être émus par l'union des français, mais je n'ai jamais trouvé la France aussi scindée. 

    D'un côté, ceux qui suivent le mouvement sans réellement comprendre le pourquoi du comment. Ceux qui sont persuadés d'avoir raison et ne te laissent pas, comble de l'ironie, exprimer un quelconque désaccord dans leurs "idées" préfabriquées...  

    Tu n'as pas le choix. Tu ES Charlie. Cas échéant : 

    -Tu cautionnes ce qu'ont fait les terroristes. 
    -Tu es infiniment débile de donner ton avis car il faut respecter les français choqués, et c'est comme ça BIATCH
    -Tu mens car le mouvement "Je suis Charlie" te laisse t'exprimer. 

    De plus, ces idées préfabriquées ne sont pas recherchées, et pleines de contradictions. 

    Je ne dis pas que le mouvement entier était stupide, mais une bonne grosse partie.
    Pourquoi Jean-Paul Dupont, comptable, va-t-il demander une quelconque liberté d'expression alors qu'il n'a rien de spécial à exprimer, qu'il n'aimait/ ne lisait pas/ ne connaissait pas Charlie Hebdo, et qu'il ne pratique aucune forme d'art, d'humour ou de journalisme qui demande un tant soit peu de liberté d'expression ?

    Libre aux français de participer à ce mouvement, certes, mais pourquoi réagir à ce point sur ce qui ne les concerne pas ?...

    (ATTENTION ! Je dis simplement qu'il n'est pas nécessaire de prendre part outre mesure au mouvement si cela ne concerne qu'un point de vue nationaliste, lequel me semble justement bancal !)

    Charlie Charlie Charlie Charlie Charlie Charlie Charlie Charlie Charlie Charlie Charlie Charlie Charlie Charlie Charlie Charlie


    (Je vais passer pour une misanthrope, lel.)

    De l'autre côté, ceux qui ont un peu plus fait marcher leur cervelle. Ceux qui ont un peu plus pesé le pour et le contre, qui se sont sentis concernés de part leur manière de vivre ou, au contraire, ceux qui se sont opposés à ce mouvement qui à leurs yeux prenait trop d'ampleur, sans pour autant être du côté des terroristes. 

    En l'occurrence, la vidéo de Langue de Pub/ Minute Papillon résume brillamment le phénomène :



    Pour reprendre ce que dit Minute Papillon, ce que produisait Charlie Hebdo depuis un moment ressemblait plus à de la provocation qu'à un quelconque humour... En effet, Charlie Hebdo commençait à faire faillite, ce qui les obligeait à aller de plus en plus loin dans leur humour, qui a fini par devenir un peu trop PROVOQUANNNNNT.

    Chirac avait prévenu Charb. Ils se savaient sur la liste des terroristes. 

    ET PARCE QU'ILS SONT MORTS, ILS DEVIENNENT DES HÉROS (surtout Charb).
    Devenir hyper connu et hyper cool parce qu'on est mort, je trouve ça stupide, ça me fait penser à Paul Walker, à Nelson Mandela, à Mickaël Jackson...
    C'est toujours un schéma similaire à chaque fois.

    Selon moi, Charb a été glorifié outre mesure. J'ai simplement tapé "Citation Charb" : il est clairement présenté comme un héros, porteur de sagesse. 

    Charlie Charlie Charlie Charlie Charlie Charlie Charlie Charlie Charlie Charlie Charlie Charlie Charlie Charlie Charlie Charlie et puis les autres...

    (Pour voir ce qu'il y a écrit sur les images, cliquez sur le screen, qui s'ouvrira en gros dans une autre fenêtre.)

    Or, l'équipe Charlie Hebdo était moins unifiée que l'on pouvait le penser.

    Charb
    , en septembre 2012 : "Je n'ai pas de gosses, pas de femme, pas de voiture, pas de crédit. C'est peut-être un peu pompeux ce que je vais dire, mais je préfère mourir debout que vivre à genoux."
    Wolinsky, à la même époque : "Je crois que nous sommes des inconscients et des imbéciles qui avons pris un risque inutile. C'est tout. On se croit invulnérables. Pendant des années, des dizaines d'années même, on fait de la provocation et puis un jour la provocation se retourne contre nous."

    Charb se "fichait" de mourir pour une quelconque "liberté d'expression". Pas Wolinsky: il avait des filles et une femme, quant à lui.

    Spoiler <~ (Image de Mohamet nu) 


    En l'occurrence, je trouve que Delfeil de Ton, ancien journaliste à Charlie Hebdo, a un jugement sur Charb plutôt réaliste.
    Je citerai cet article : http://www.lesechos.fr/politique-societe/societe/0204083710543-je-ten-veux-vraiment-charb-le-pave-dans-la-mare-dun-ancien-de-charlie-hebdo-1083629.php

    Personne ne sera étonné que Delfeil de Ton se soit, après ses déclarations pourtant posées, fait hué : ses propos ont été déformés... A l'instar de ma piètre professeur d'histoire, beaucoup d'internautes s'offusquent sur les dires de Delfeil de Ton à coup de "En fait, tu cautionnes ce que font les terroristes." Pourtant, Delfeil de Ton parle respectueusement de son ancien ami Charb. 

    Richard Malka, avocat et figure de l'hebdomadaire satirique, déclare :  "Charb n'est pas encore enterré que L'Obs ne trouve rien de mieux à faire que de publier sur lui un papier polémique et fielleux".

    Comme toujours, à ma grande désolation, cela se solde de cette manière-là : 
    "J'ai refusé de parler aux télés, aux radios, à tout le monde. J'ai gardé mon témoignage pour L'Obs, qui l'a d'ailleurs mal titré, et je ne suis pas près de l'ouvrir à nouveau sur le sujet." (Delfeil De Ton.)


    Je pense que Charb a agit égoïstement en faisant peser sur la France des risques terroristes, dans le but de sortir de la faillite qui guettait son journal.
    Ces caricatures n'avaient pas toutes un quelconque message spirituel : pourquoi provoquer pour provoquer ? Ne dit-on pas que la liberté d'expression est autorisée, contrairement à la diffamation ?
    S'amuser d'une communauté en particulier en sachant ce qui se trame en France était irraisonné, mais ce qu'on fait les terroristes l'était davantage et est abominable.

    (ATTENTION ! Je ne cautionne aucunement les actes des terroristes, et je ne dis pas que tout est de la faute de Charlie Hebdo !) 

    Je finirais cet article avec sobriété : sincèrement, paix aux âmes de tous les sinistrés innocents dans cette histoire. 

    (Pour détendre l'atmosphère, un peu d'humour !) 

    Et vous, qu'avez-vous pensé de cette affaire ? Veuillez vous exprimer avec gentillesse et respect, s'il vous plaît. ♥

    Avec paix et amour, 
    Akwoo est de retour ! #anticonformismelol #libertédexpressionmdr #nemetuezpassvp


    3 commentaires
  • Un sujet bien particulier et parfois même tabou. Encore un.
    J'ai envie de dire, il y a malheureusement tellement de tabous inutiles...


    Vous n'êtes pas sans savoir que le style vestimentaire fait parfois un peu trop jaser pour ce en quoi il est question. 
    J'ai, en l'occurrence, fait plusieurs observations. 

    Pour commencer, dans la société française. Cette dernière partage bien évidemment des similitudes avec les autres sociétés.

    Par exemple, ce genre de bas est considéré comme vulgaire.

    Les habits

    Personnellement, je n'étais pas au courant, avant de faire l'achat de collants de dentelle. Dans ma grande naïveté, je me voyais déjà déambuler avec ça sur les jambes, sans passer pour une catin


    Ce code social se présente sous une équation de ce type :

    ?
      Équationà deux inconnus complexes :
    Si la dentelle est assimilée à sous-vêtements x, alors Bas de dentelle = Sous-vêtements

                                                                                           Donc x = y
     
    Pourtant, plus on est couvert, mieux c'est, non ? C'est toujours mieux que d'avoir les jambes nues, non ? Ah, et aussi, j'ai une amie qui a un T-shirt entièrement fait de dentelle, et une autre dont c'est juste les extrémités, pourtant on leur a jamais dit qu'elles faisaient pétasses. Il y a des robes, des colliers, des gants, des pantalons faits de dentelle, et ce n'est pas fait pour les putes.
    Mais ces collants, si. 

    En conclusion, les codes sociaux vestimentaires sont sans queue ni tête, ils n'ont pas de raisons et d'arguments précis, c'est comme ça, et c'est tout.

    Suite à ce premier accroc, je décide de porter d'autres bas... davantage farfelus. 
    P-pour un défi !
           
     (Highschool of the Dead, Hirano Kohta)   Les habits
     
     
     

    Les habits

    Oui bon, ça paraît évident, n'est-ce pas ? 

    "Chabbe-la, chabbe-la, chabbe-la !" (A Lyon, ça se dit, ça veut dire regarde-la pour les handicapés.)
    "Hahaha, elle se sent concernée quand on la critique, hein ?"
    "Ouh là elle est bizarre"
    "On est pas au cirque" 

    Vous connaissez la chanson ! 

    En conclusion, mes choix vestimentaires, parfois un peu singuliers, ne sont pas le genre de choses tolérées là où je vis. L'ouverture d'esprit est encore à son niveau le plus bas. On découvre tout juste que l'homosexualité ne doit pas être sujet au dégoût, pour vous figurer.

    Cependant, je ne suis pas là pour me plaindre : juste pour exprimer le malaise que j'ai vis-à-vis de ces normes. En ce qui me concerne, je ne pense pas que s'habiller avec ce qu'on aime soit quelque chose de bizarre.
    Je ne suis pas anormale.

    Il y aura toujours des retombées négatives (et positives) lorsque quelqu'un fera un choix divergent des normes. Toutefois, les retombées négatives sont parfois justifiées : s'habiller comme on aime est concevable, dans les limites de la décence.
    Les parties intimes se doivent de rester cachées.
    Les habits et moi...
    (Artiste : Nacura, OC : Fukarou)

    Les sociétés de certains pays restent cependant d'autant plus irrationnelles. Au Maroc en général et au Qatar, à Dubai (Pays sublime, magnifique, faramineux, merveilleux), j'ai été témoin que mettre un débardeur était synonyme de masochisme -on ne parle pas encore de short, bien entendu, c'est insensé ! La plupart des "hommes" se retournaient pour lancer des regards torves et dérangeants. Sans parler des remarques telles que "la gazelle" ou idioties berbères du genre...
    Savez-vous ce qui se passe d'encore plus horrible dans ces régions ?...

    Spoiler:
    DES CHATONS SONT LAISSES POUR MORTS SUR LE BAS-COTE DES SOUKS !! ÒロÓ


    Découvrir un morceau de sa chair de femelle attire les mâles : il s'agit du caractéristique signalant les périodes de chaleur, et que la femelle est prête à être fécondée.
    Ouais, je vous jure que le schéma est aussi primitif que ça. Et je vous assure que par une chaleur de 40°, l'envie de se couvrir n'y est pas.

    Pourtant, toute femelle non ménopausée et non pratiquante y est contrainte. Alors je n'image pas ce qu'il se passerait si je m'habillais différemment de la masse dans ces pays...

    Les habits et moi...

     

    Des restrictions vestimentaires injustes sont en effet particulièrement appliquées aux femmes.
    La plupart s'habillent pour elles-mêmes, et sont victimes du regard des autres... Ce qui conduit le plus souvent à des regards déplacés et longs ou des remarques, et parfois à des attouchements ou même des viols.

     

    Mais toutes ces filles en jupe ne livrent-elles pas un courageux combat contre les hormones des hommes ?!


    17 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique